Lundi 27 février, à 10h nous sommes dans le hall de la gare pour acheter nos billets de train pour le lendemain. Le guichetier arrive comme une fleur 15 minutes plus tard, le quart d’heure de courtoisie bolivien ! On se dirige ensuite vers l’agence Red Planet. Nous sommes 11 touristes à faire l’excursion au Salar pour la journée. Deux autres groupes partent jusqu’au Sud-Lipez pendant 3 jours. Nous partageons le 4x4 avec deux jeunes Allemands et deux Suisses. Ils sont sympas, dommage qu’ils ne parlent pas espagnol mais plutôt allemand ! Notre chauffeur a beaucoup d’humour, on rigole bien. Nous commençons par visiter le “cementerio de trenes”. Ici sont entreposées de vieilles carcasses de train rouillées. Ils transportaient à l’origine le minerai vers le Chili et le Brésil. Nous poursuivons par le village de Colchani où se trouvent quelques coopératives qui s’occupent de l’extraction et de la commercialisation du sel.

Après la pause déjeuner, nous pénétrons enfin dans le fameux Salar d’Uyuni. C’est le plus vaste désert de sel au monde avec plus de 10 000 km² et culminant à 3 658 m d’altitude. Le sol est très riche en minerais et contient le tiers des réserves mondiales de lithium. On espère que cette merveille de la nature ne sera pas détruite par le besoin de consommation de l’homme. Nous sommes époustouflés en découvrant ce paysage incroyable. Le sol constitué de grandes plaques de sel craquelées est recouvert de quelques centimètres d’eau (nous sommes en pleine saison des pluies, ne l’oublions pas). Le ciel bleu avec ses nuages se reflètent dans ce miroir naturel de toute beauté. Nous passons l’après-midi à nous émerveiller devant ce cadeau de la nature. On s’amuse à faire des photos rigolotes. Chaque angle de vue permet de faire des photos incroyables. Nous attendons le coucher de soleil pour prendre quelques derniers clichés aux couleurs chaudes alors que la température extérieure commence à bien baisser. Nous avons vécu une magnifique journée !

Mardi 28 février, c’est la première et sans aucun doute la dernière journée de notre voyage où nous nous ennuyons. Notre train pour continuer notre voyage part à 21h40 et Uyuni est une ville petite et dépourvue de charme. C’est un point de chute pour partir en expédition au Salar ou au Sud-Lipez. Nous trainons, nous nous reposons et avançons dans le blog. Le soir, notre train Expreso del Sur (à part le nom il n’a rien d’un express) quitte le quai à peu près à l’heure. On nous distribue une bouteille d’eau et un hamburger (Chéri est content il a double ration) et c’est partit pour un long voyage. Les rails sont en très mauvais état ça tangue et on entend régulièrement des “boum”. Heureusement que nous roulons à peine à 30-40 km/h. Nous avons deux gros ronfleurs dans la voiture ce n’est pas de chance.

 

Vers 4h30 (mercredi 1er mars) le train s’arrête brusquement suite à un freinage d’urgence. On se trouve bloqués en pleine nature sans savoir ce qu’il se passe. On tente de somnoler en attendant d’avoir des informations. A 7h30 le contrôleur passe dans chaque voiture pour nous informer que la locomotive a déraillé et que le train est bloqué. Heureusement que ce n’était que la locomotive car nous étions vers la tête du train. Bref, on nous propose de récupérer nos bagages et de marcher jusqu’au plus proche village ou de trouver un villageois qui fasse taxi. Nous marchons 40 min jusqu’au bord d’une route en attendant qu’un colectivo passe pour nous emmener jusqu’à Villazon (le terminus initial du train). Nous sommes une cinquantaine de passagers à attendre. Au bout d’une heure, c’est notre tour. Le trajet dure 1h environ. A l’arrivée le chauffeur qui avait déjà gonflé son prix tente de nous arnaquer (nous sommes 6 passagers du train et un villageois). Nous ne nous laissons pas faire et nous dirigeons vers la gare pour se faire rembourser une petite partie de notre trajet. Maintenant que tout est en ordre nous pouvons continuer notre périple en traversant la ville jusqu’à la frontière argentine. Les formalités sont rapides heureusement. Nous voilà à la Quiaca en Argentine. Il n’y a plus que 4h de décalage avec la France. Nous marchons jusqu’au terminal de bus où nous prenons un bus “El Quiaqueño” jusqu’à Jujuy. Le trajet dure 5h30 et là nous devons attendre 1h30 pour une correspondance jusqu’à Salta. C’est reparti pour 2h30 de bus, une demi-heure de marche et enfin un bon lit nous attend. Après 26h de voyage, le repos s’impose ! Quelle expédition on s’en souviendra.