Vendredi 24 février, réveil matinal. Départ de l’agence vers 9h direction la mine d’argent. Et là, avant notre départ, nous avons droit à une surprise. Qui monte dans le combi? Gordian, notre ami allemand de l’assoc. Nous sommes ravis ! Nous commençons notre journée par une balade dans le marché des mineurs. Nous achetons deux bouteilles de soda et des feuilles de coca comme c’est la tradition. Nous pourrons les distribuer aux mineurs lors de notre visite. Nous nous arrêtons ensuite dans un local de l’agence “Big Deal” pour enfiler une séduisante tenue afin de ne pas nous salir lors de la visite. Nous partons visiter l’usine de séparation des minerais. Nous devons mettre des masques faciaux à usage unique afin de nous protéger des différents produits chimiques utilisés dans l’usine. Notre guide qui est un ancien mineur est vraiment très sympa et a beaucoup d’humour. Nous sommes un groupe de cinq (trois Allemands et nous deux) pour la visite en espagnol. Les 7 autres touristes suivent la visite en anglais. Ensuite, nous nous dirigeons vers les fameuses mines. Nous sommes bien contents de porter une combinaison car selon les endroits nous devons nous baisser, nous courber ou grimper des échelles. Nous rencontrons plusieurs mineurs et leur distribuons nos petits cadeaux. L’ambiance de la mine me rappelle des souvenirs lorsque je travaillais à Tellure. C’est vrai que l’environnement est bien différent mais le travail des mineurs est un métier très éprouvant. Aujourd’hui encore l’espérance de vie n’est pas élevée, 45-50 ans en moyenne. Les tunnels sont parfois très étroits pour passer. Le Cerro Rico qui compte environ 200 mines atteint une profondeur maximale de 450 m. Les mineurs travaillent en coopératives et leur salaire dépend de leur production. En sortant de la mine, nous offrons un sachet avec des médicaments dont nous n’avons pas eu besoin pour le dispensaire de la mine. Le représentant de la mine nous remercie. Quelle belle découverte, nous sommes enchantés par cette visite !

Nous rentrons à l’hôtel nous reposer un peu puis nous décidons, malgré la pluie, de visiter la magnifique cathédrale de Potosi. Datant du XVIIe siècle, son architecture est de type néoclassique. Nous sommes impressionnés par la taille des piliers. Nous sommes seuls pour la visiter, le lieu est encore plus beau ! Nous nous baladons ensuite pour découvrir les façades de las iglesias Jerusalem y San Francisco.

 

Samedi 25 février, nous visitons le Museo-Convento Santa Teresa. Cet édifice de la fin du XVIIe siècle appartient à l’ordre des Carmélites. Nous sommes à peine 4 personnes à faire la visite. Pendant près de 2h nous avons droit à des explications très intéressantes de notre guide (elle nous demande de lui apprendre quelques mots en français). C’est un vrai labyrinthe, il y a plein de pièces, de nombreux tableaux et objets de la vie quotidienne. Aujourd’hui, seulement une dizaine de soeurs vivent dans le couvent. En début d’après-midi nous partons découvrir la fameuse Casa de Moneda de la ville. C’est dans cet édifice que l’on frappa la monnaie jusqu’en 1869. Nous voyons d’anciennes machines tractées par des esclaves, des chevaux et les machines à vapeur. Certaines pièces présentent également des tableaux et riches mobiliers de cette époque. Ici, les soirées sont animées car nous sommes en plein carnaval. Cela dure 3 semaines et les festivités se termineront le 5 mars. Tous les Boliviens sont dans la rue, beaucoup de commerces sont fermés. Il y a de la musique, des confettis, des bombes de mousse. C’est la FIESTA !

Dimanche 26 février, départ à 10h direction l’ex-terminal de bus afin de partir à 11h15 pour Uyuni où nous arrivons 4h plus tard. Nous voyageons avec la compagnie “Diana Tour”. On dépose nos affaires à l’hostal. Nous partons ensuite à la recherche d’une agence qui organise des excursions dans le Salar d’Uyuni pour le lendemain.